The dark gift of women

Have you ever asked yourself why mostly WOMEN were burnt down during the ‘witch-hunt’ ? Have you ever asked why it is that our society is pushing and brainwashing mostly girls and women in a very strong way ? Why is it all about suppressing females ? Why do you see mostly either weak model-complexed-self-judging chicks or masculinized-ego-pushed woMEN ?

Have you ever asked yourself what would happen if women would reconsider themselves, embrace their dark and bright sides, if they would totally step into their power ? Continue reading The dark gift of women

Love is like an ever-blooming flower

Love is like an ever-blooming flower.

It does not compare. It does not judge wrong or right. It has no reasons. It does not have contracts.
Love does not know distance. Love does not catch a bird and tries to hold it tight. Love lets everything fly freely. Love is freedom.
Love does not pluck a flower to own it. It appreciates it’s presence. Love is Presence. Continue reading Love is like an ever-blooming flower

Le noir, la couleur de l’espoir

Depuis la nuit des temps, certains hommes assimilent les ténèbres à un royaume rempli d’êtres infâmes.
Un endroit où les âmes s’échouent en attendant leur repentance.
Ces lieux sont régis par une multitude de personnages :

Lucifer, l’ange déchu porteur de lumière,
Astaroth chevauchant le dragon infernal,
Hadès détenteur du pouvoir d’invisibilité,
Belzébuth empereur des 666 légions infernales et bien d’autres encore.

Diables, démons et Djinns de différentes classes, possédants différents pouvoirs se mélangent dans les cultures et les religions pour effrayer le vivant et ainsi voir sa capacité à rester du bon coté, jusqu’à ce qu’arrive son trépas.

La noirceur, les ténèbres, que signifient ces termes ?

Enfant, on nous explique que les monstres se cachent dans le noir.
Qui parmi – nous n’a jamais eu peur dans sa chambre étant marmot ?
Se réveillant subitement, effrayé par l’apparition d’une ombre menaçante derrière les rideaux, dans l’armoire entrouverte, nous scrutant telle une bête affamée, aux crocs acérés prêt à se jeter sur sa proie, tremblante, se camouflant avec ses petits bouts de literie ?

On est conditionné pour avoir peur du noir, cette couleur qui fond les décors,
qui ne laissent entrevoir aucune forme,
ce trou noir synonyme de rien, de néant, nous aspirant dans les limbes de l’oubli.

Pourtant la nuit apaise l’esprit.

Se promenant un soir lorsque la lune est éteinte,
on peut apercevoir le tout dans ce qu’on prénomme le rien.
Notre imagination s’illumine alors que notre vue s’obscurcit.
Pas de doute, on est confronté à notre subconscient.
Plus de distinction entre un chat et un chien, une maison et un arbre.
On tâtonne ce tapis qui se présente sous nos pieds en espérant que ce dernier ne se métamorphose pas en un sol boueux, où on aurait du mal à s’en sortir.

De plus vient la crainte d’un événement inattendu,
un bruit,
une sonorité qui révélerait à la lueur des astres scintillants, nos peurs les plus ancrées dans notre esprit.

La pénombre fait jaillir notre vraie détermination, notre vraie nature, elle nous engage à livrer bataille avec le formatage, la connaissance qu’on nous a inculqué.

Tout naît du noir, du rien !

Ainsi quand la robe noire de Lilith cède sa place à l’éclaircie de l’aube accompagnée par les rayons du soleil, tels des chevaliers armés de leurs lances lumineuses sur leurs destriers, nos sens se calment, nous nous sentons rassuré, de pouvoir redécouvrir ce qui nous apaises, ce qu’on connaît.

Pourtant avant notre naissance, nous sommes plongés dans une matrice qui ne connaît nul soleil,nul luminaire ou source de lumière.
Peu de personnes se rappellent concrètement ses 9mois passé dans l’ombre de leur vie.
La luminosité qu’un nouveau né aperçoit quand sa tête vient de sortir de l’utérus de sa mère pourrai également provoquer son premier choc, ses premiers pleurs…

Tout se crée dans le noir, dans la source abondante du rien.

-iXe-

Let me be

Toi détenteur de l’amour inconditionnel
Toi que tout émerveille
Tu ne connais ni le bien, ni le mal
Tu ris, tu pleurs, tu vis

Tes yeux sont le miroir de la pureté
De l’innocence qui nous a quittés
Tu joues sans vouloir perdre ou gagner
Ta naïveté n’égale ta bonté

Tu représentes ce que l’adulte a oublié
Porteur de liberté que beaucoup d’entre nous peine à trouver
On aime tant te modeler pour que tu sois celui qui puisse nous représenter,
nous ressembler
Tout en enfuyant ta personnalité,
en ignorant celui que tu es

Le trésor perdu, je l’ai retrouvé
sans carte ni boussole
Au fin fond de mon cœur
j’ai aperçu cette lueur,
sans peur je lui ai fait honneur,
Tu es ce que j’ai toujours été
une source de bonheur

Un adulte dans une cage
acceptant sa condition
Un enfant blessé dans un corps de grand
dont les illusions sont en pleine ébullition

J’ai marché à tes cotés
tu criais pour que je te laisse t’exprimer
opprimé par le fonctionnement de la société
je t’ai muselé

Je me sentais mature, grand, majestueux
tel le vieux chêne dans la nature
Au final j’ ai juste été cet être imbu de sa personne
Rejetant la joie qui en moi résonne
En feu de cheminée le chêne s’est en allé

Pourquoi ne pas faire ce dont on a envie?
Pourquoi ne pas dire je t’aime sans a priori?
Aujourd’hui je vois qu’on te cache par peur de moqueries
par peur d’être différent,
d’être une forme unique dans la multitude d’expressions qu’est la vie

Je suis l’enfant

iXe

Artwork made by Banksy

True beauty touches the heart

As a woman in this society, the question about love, feminine power and relationships come up lot.
Since I’m little I see people treat their little girls like future-wives instead of equal children. This article is a reminder, that we are all children of the sun and love, and that we need to wake up to our conditionings.
Especially girls suffer from parents who want them to wear pink pretty clothes, to be ‘fragile’, ‘weaker than the boys’, to be ‘beautiful’, to dream of princesses who are looking for their prince charming and investing all their time to look nice for him. Wow something has gone terribly wrong in our society.
Perhaps people try to introduce these concepts to the little ones because they themselves fail so hard in their own relationships and in the system they live in? Or maybe there is a deep wound of the feminine that needs to be looked at. Continue reading True beauty touches the heart

Pensée d’outre monde

Je ne suis qu’une poussière venue effleurer la terre
Le souffle balayant les feuilles mortes d’un cimetière

L’éphémère dans l’infini,
j’en oublie qui je suis,
quel est monde,
quelle est ma patrie ?

Je suis partie pour revenir telle la feuille d’un arbre avant de mourir
L’unité dans la diversité à nous de le découvrir Continue reading Pensée d’outre monde

Embrace The Rose That You Are

Simply embrace the ambiguity of your being, instead of trying to shape and mold it according to your image of what it should be or that of another.

A total acceptance of oneself as it is “right now”, and with that comes the gift of humility to accept every other soul as they are in all their ambiguity and paradoxes.

It is only pride and shame that makes us ignorant of the truth we always are.

Continue reading Embrace The Rose That You Are

What does it mean to be totally honest with yourself?

 

Being honest, is letting go of all inner fights.
It is taking time to dive in, and feel every moment what feels right.
‘Right’ not in terms of what is generally believed as good, but what your heart confirms.
It is not to believe anything, no matter who says it, unless your own experience affirms.
Even if it means that sometimes you’ll have to admit ‘you don’t know’.
Setting yourself free by simply letting go.
Continue reading What does it mean to be totally honest with yourself?